royal*vengeance


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 capture et libération de nerull

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nerull
Racaille des sous-bois


Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: capture et libération de nerull   Ven 23 Juin - 17:13

(ce rp correspond aux dates où on étais rédigée l'histoire de nerull, ainsi y a t'il de nombreux recoupements...je ne l'avais à la base posté que sur la brigade, mais vu que plus de persos r*j que de faucons sont impliqués, je le poste ici. La forme originale des textes était des lettres au leader de la brigade, surtout le premier, qui plante majoritairement le décor pour le rp qui suit, je n'ai pas touché du tout au contenu, il faut donc, par exemple considéré que quelqu'un en a retrouvé les brouillons. Enfin bref, bonne lecture)

Journal de ma vie à l’intention de Casca et Devock.

J’ai maintenant 46 ans. Je suis un homme d’âge mûr, a la force de l’âge diraient certains. Je préfères considérer que je ne suis plus du tout à la force de l’âge. Je commence à me sentir comme un vieillard, un vieillard qui s’interroge sur le sens de sa vie. Qu’est-je fais jusqu'à présent ? Et pourquoi suis-je en train de faire ce que je fais ? J’espère que cette lecture vous permettra de répondre à ces questions, et de me pardonner.
Je dédis ce parchemin à vous, Devock, seigneur de la brigade, et à vous, Casca, car je respectais trop votre père pour pouvoir m’en aller en paix. J’espère que le messager fera bien son travail, et que vous trouverez les divers autres parchemins que je laisserais dans Gathol. A chaque fois, il y en aura deux. L’un est pour vous, mais laissez l’autre à la Royal*Vengeance. Cela les concerne aussi, et même plus que vous.
Ma vie commença vraiment il y a trente ans, les seize premières années de ma vie n’étant pas particulièrement des plus marquantes, en effet, je vécus comme de nombreux jeunes de mon pays, la lointaine Edo, reclus dans un château, recevant une éducation très poussée aux arts du combat, ainsi qu’aux divers arts qu’un porteur de sabre doit connaître. Car oui, j’ai porté le katana et le wasaki. Mais aujourd’hui je ne peux plus les porter…Depuis trente ans, je ne les porte plus en réalité…les démons du chaos ont trop détruit mon harmonie pour que je puisse en tenir un…sauf celui qui se trouve à mes côtés, qui me servira à retrouver mon harmonie, une fois mon ultime œuvre achevée. Mais je m’éloigne du sujet…revenons en donc à ma seizième année, et excusez un vieillard pour ses dérives…
Ainsi donc, disais-je, lors de ma seizième année, une guerre éclata. Mon domyo était moins fort que mon adversaire, mais il eu à l’affronter, lors de la plus sanglante bataille de l’histoire de mon pays. Durant trois jours et trois nuits, nous repoussâmes l’adversaire, sacrifiant de nombreuses vies au nom de l’honneur. Les ashigeru des deux camps furent vite tous tués, et seuls restèrent les samouraïs, le kanata à la main, s’affrontant dans des combats sans répit. A la fin de la troisième nuit, mon seigneur reçu un trait fatal, ce qui signifiait la fin de la bataille , et notre défaite. Quel dommage ! Si mon seigneur avait gagné, j’avais tué un grand nombre de samouraïs, et aurait reçu une très bonne récompense pour mes actes. Mais ce ne fut pas le cas, et le seigneur ennemi décida que nous devions mourir à la prochaine aube, dans le plus strict respect des rites.
Durant la nuit qui aller précéder mon exécution, les kamis me parlèrent, et m’obligèrent à m’évader, m’aidant à réussir ce projet honteux, qu’aucun samouraï n’avait encore jamais tenté…la mort est préférable à une harmonie rompue. Maintenant encore, je souffres de cette trahison du bushido.
Je réussi donc mon évasion, et, poussé par des kamis inconnus, je finis par arriver dans une clairière, au milieu de laquelle se trouvait une petit temple en ruine, en l’honneur d’une divinité passée et inconnue. « C’est un temple du chaos, et les dieux du chaos ne sont plus les bienvenus dans ce pays, ainsi viennent-ils de décider de partir. Mais ils ont décider de prendre une apparence humaine. C’est ton corps qui a été choisi. Tu seras leur corps désormais, leur main destructrice. ». Cette voix venait de l’intérieur du temple. Je rentrais dans le temple, et y fit la découverte d’un vieillard, assis en lotus sur l’autel en ruine. « Tu as été choisi, et rien ne pourra faire que tu ne respecte pas ta destinée. Les dieux du chaos décideront quand ils prendront définitivement contrôle de ton corps. Pour le moment, ils te laisse le choix de tes actes. Profites-en, cela ne dureras pas. »
A ces mots, je fus soudainement pris de vertiges, et m’effondrais au sol, inerte. A mon réveil, j’étais dans une forêt inconnue, et à mon côté ce trouvait une épée d’un genre nouveau (j’appris par la suite qu’il s’agissait d’une épée à deux mains, typique dans Vesperae). L’épée en main, je partis explorer la région avoisinante, et finis par découvrir un étrange manoir. J’y pénétrais, et, rapidement, je fis la découverte d’une bibliothèque. Il me faudra pratiquement trente ans pour la lire entièrement et m’imprégner de tout son savoir noir. Jamais, jusqu'à aujourd’hui, je n’ai utiliser le savoir que j’appris alors. Mais cela va changer… les dieux du chaos arrivent, et seule ma mort pourra m’en délivrer. Néanmoins, je tiens à accomplir quelque chose avant…
Quand, enfin, je sortis de ce manoir, je fis la connaissance d’un groupe d’aventuriers, répondant au nom de brigade des faucons, qui me prirent sous leur aile. Je les aidais durant plus d’un an, en permettant à l’ordre de prendre un rôle dans Vesperae. Mais aujorud’hui, je ne peux plus les aider. Worf, Devock, Casca, Erryo, Drangreg, Vorlio, Shadow et les autres, qui ont tous compté pour moi, je suis désolé. J’espère que vous ne m’en voudrais pas. Je vais accomplir une ultime tâche, pour le bien de tous. Après, je me ferais seppuku, empêchant ainsi les démons du chaos d’arriver dans ce monde.
Cette dernière tâche, la voici : j’ai entendu il y a quelque temps parler d’un revenant sur l’île des sages, et j’ai décider de le détruire, surtout depuis que j’ai consulté un oracle à son sujet – ce qu’elle me révéla fut si grave qu’elle y perdit la vie. Cela fait maintenant six mois que je le poursuis, et j’ai enfin réussi à lui tendre un piège. Demain il sera entre mes mains, et j’aurais alors recours à mes connaissances occultes, trahissant de ce fait la brigade. Je ne survivrais pas à cette quête.
Que Domblas soit miséricordieux et accorde sa bénédiction à la brigade des faucons.
Consigné à la demeure des faucons, le fulia 19 persu, a remettre à Devock le Riba de la même semaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nerull
Racaille des sous-bois


Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: capture et libération de nerull   Ven 23 Juin - 17:18

(vala la suite...celle la a pu être découverte dans les marécages de Gathol...elle n'exprime pas le point de vue de Nerull, mais les prochains textes le feront. j'espère que vous aurez le courage de lire, encore une fois, vu qu'il s'agit du quatrième texte, et que cela vous plait)


Fin de ma vie


Je n’ai put accomplir ma mission. J’ai échoué. Et j’ai bien peur que mon travail ne fusse en fait que contre-productif. Le chaos qui est en moi m’a empêcher de réussir. Malgré les nombreux sceaux noirs qui le contiennent, il a réussit à me faire échouer. Et à retourner la situation. Ainsi s’est finie ma vie :
Alors que j’avais pratiquement terminer le rituel qui allait me permettre de détruire définitivement Nerull, je sentis la présence d’un démon. Je mis rapidement en places quelques protections autour du corps de Nerull, au cas où le démon en soit pas seul.
Je l’attendis à l’entrée de Gathol, et quand il entra, ou plutôt devrais-je dire elle car il s’agissait d’une démone, je lui signifiait qu’elle devait repartir. Il ne faisait aucun doute qu’elle était là pour Nerull. Je pensais que mes parchemins seraient plus long à être retrouvés. Mais la démone refusa de m’obéir, et invoqua un autre démon. Je savais que les forces du mal auraient recours à une invocatrice ou une nécromant, ainsi avais-je de l’eau bénite. Le démon invoqué n’y résista pas. Elle fit alors appel à un clone. Je sortis donc ma deuxième défense, en l’occurrence 20 squelettes de guerriers morts ici même il y a fort longtemps, que j’ai déterré et ramener à la vie.
Le combat qui s’engagea alors allait durer un temps certain, le clone étant un efficace combattant. Je mis donc ce temps à profit pour invoquer une très puissante magie noire, obtenant ainsi la création d’immenses murs de feu devant les portes de toutes les maisons de Gathol. Dans le même temps, la démone eu recours à une forme de magie fort primaire qui lui enseigna ou se trouvait Nerull. Elle partit alors en courant vers la prote, me prenant au dépourvu. Au même moment, mon dernier squelette détruisait son clone, et tombait en morceau au sol à son tour. Pour stopper l’avancée de la démone, je fis appel à trois clones, et me téléportais ensuite devant elle.
A ce moment là, et avec l’aide de mes clones, je l’encerclais, et commençais l’invocation d’un sceau de renvoi, historie de détruire un autre démon, en plus de Nerull et de celui que j’ai vaincu au début du combat. Mais la démone était vraiment pleine de ressources, et elle réussit à contrecarrer mon sceau. Elle me parla alors durant près de cinq minutes. Je sentais qu’il y avait une supercherie, mais je la laissait faire. En effet, au bout de cinq minutes, une très puissante aura se fit sentir : elle avait invoqué une liche des plus puissantes. Comme je l’avais prévu, je révélais alors la présence de l’ange que j’avais depuis longtemps invoqué, et, une fois encore, nos invocations se combattirent. La démone profitât de ce combat pour, une fois encore, avancer, passant à travers mon mur de flamme comme s’il n’existait pas.
Je me téléportais donc une fois de plus, dans la maison cette fois. En combinant les sangs de bon nombre de grands guerriers et de puissants monstres, elle réussit l’exploit d’invoquer l’un des avatars de Démonio. Le combat était décidément bien plus dur que ce que j’avais put imaginer. Je n’avais alors plus le choix, et je fis donc sauter tout les sceaux qui bloquaient les dieux du chaos. Ces derniers, comme je l’attendais, avait depuis longtemps décider de prendre mon corps, ainsi la transformation fut immédiate. J’étais prêt à utiliser mes dernières forces dans la bataille.
Le combat qui suivit dura fort longtemps, détruisant tout ce qui ne l’était pas encore à l’intérieur de la maison. Néanmoins, au final, l’avatar de Démonio réussi à me vaincre. Je m’écroulais au sol, grièvement blessé. L’avatar ayant accompli sa mission, il repartit d’où il venait. Les quelques secondes ainsi écoulées me permirent de me relever. Mais je n’étais plus en état de combattre, ainsi la démone me prit la vie, me transformant dans le même temps en vampire. Je ne sais pas ce qui se passa par la suite entre Nerull et la démonne. J’ai préféré partir. Le mal appelle le mal. Le bien ne peux pas vaincre. Je serais donc un avatar du mal. Que le sang coule sur Vesperae. Le chaos doit régner. Les faucons mourront eux aussi.
Pioux, le vampire du Chaos.
Consigné à Gathol, le Nava 22 Persu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
capture et libération de nerull
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libération donne des leçons de déontologie
» Rouillan en libération conditionnelle
» La libération de Gnomeregan
» libération et joueur autonome..
» Libération de l'âme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
royal*vengeance :: Forum Rôle-play :: R*V Prophecy ll-
Sauter vers: