royal*vengeance


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lord Noctarius Cold
Racaille des sous-bois
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 06/06/2006




[/center][/b][/i][/i]
MessageSujet: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   Dim 23 Juil - 19:43



(Voici des textes roleplay touchant Furial, une sorte de double personnalitée de Lord Cold... Bien du plaisir.
Bravo à Nerull pour l'idée de les mettres sur le forum.)

Matin de chasse


Dans la lueur du matin, un couple et leur fils partent dans la forêt au nord de Sarosa. Bien que sombre, jamais ils n’avaient eu de problème… un matin paisible parmis tant d’autres… Le père, un homme de 35 ans à la chevelure grisonnante et légèrement bedonnant, marche en tête. Du coin de l’œil il admire sa jeune femme âgée de 26 ans. Dans l’ombre des arbres, la magnifique chevelure noire encadrant ce visage de magnifique jeune femme, pourtant frappé il n’y à gère de temps par une fausse couche… Mais le temps guérit les coups les plus durs, et le sourire est lui est revenu… Le petit garçon aux cheveux noirs, lui, court partout, satisfaisant son désir d’aventure...

Dans l’ombre d’un bosquet, le groupe s’arrête, puis commence à déjeuner de fromage et de pain frais. Le père se permet même un petit verre de vin bien mérité après avoir supporter le garnement. Pendant quelques heures, le couple fait la sieste, laissant le petit courir et s’amuser, découvrant ainsi d’étranges plantes… mais aucune bête sauvage… Après cette bonne petite sieste, le couple décide de prendre le chemin du retour. Après quelques minutes de marche, un fait étrange arrive à l’esprit du père : L’absence de bruit… Aucun bruit… Aucun insecte, aucun animal… seulement le vent… Mais le mal était déjà fait.


Elle voit trois êtres… Un mâle, une femelle, et un petit mâle. Ils marchent d’un pas lent, mécanique. Soudain, le mâle s’arrête. Alors, sans un bruit, elle décide de commencer… Elle, la bête…


Le père pense à l’absence de bruit quand, subitement, quelque chose le pousse brutalement dans les buissons… Il se relève, puis regarde autour de lui. Personne. Puis il regarde à terre… Une flaque rouge. Du sang. Deux craquements macabres retentissent… Sous la terreur, l’homme crie de toutes ses forces :

« Anelia!...Galadan!... Où êtes-vous? »

Le silence seul lui répond… jusqu'à qu’un grognement retentisse.
Puis, une bête énorme tombe d’un arbre… Devant ce monstre, le père devient muet.
Elle fait plus de neuf pieds de haut, par environs 3 pieds et demies de larges… Un cuir épais et une fourrure dense le recouvrent. Des griffes plus grosses que celles des ours ornent des pattes énormes. Une musculature incroyable tend ce corps énorme et terrifiant. Un visage allongé et à la dentition meurtrière termine ce chef d’œuvre de bestialité… Le père n’a pas le temps de bouger… ni même de crier… d’un mouvement rapide, la bête s’approche et le mord à la gorge puis le ceinture de ses bras herculéens.
La gorge arrachée, l’homme perd peu à peu conscience avant d’entendre sa colonne vertébrale céder sous la force du monstre. Puis viens le néant…


La bête dépose le mâle sur son épaule, puis le transporte jusqu’aux deux autres proies.
Puis commence un terrible repas, ou la chair est déchiré et les os broyés. Du sang gicle à intervalle régulier. Puis la bête se redresse, sa fourrure presque complètement imbibée de sang. A terre, ne reste plus que des fragments d’os méconnaissable et de grandes flaques de sang… Puis le bête lance un rugissement assourdissant… Quelques loups lui répondent… Mais la bête se met bientôt en marche, silencieuse parmis les arbres… Et le drame s’éloigne… et une voix sombre retentit dans l’esprit chaotique de la bête...

« …Belle chasse mon frère… tu es presque aussi doué qu’avant… Je suis content de toi Furial… Tenebro est content de toi… Mais…maintenant… aide nos frères noirs, parfais? Aide les démons… »

La bête se dirige alors vers Sarosa…
Furial, la Bête, se dirige vers la civilisation…

Coeur de Sang


La pluie venait de cesser. La vie qui, interrompu par se déluge, reprenait ses droits dans le village de Sarosa. Les ménagères reprenaient leurs occupations, les enfants étaient de nouveau dehors à rechercher aventures et problèmes, sans compter les maris trinquant à un des leurs nouvellement père d’un jeune bambin. Quelques mendiants s’installaient à leurs endroits habituels. Anelia était ce jour là au marché. C’était une magnifique jeune femme à la chevelure rousse flamboyante et aux yeux vert si profond que la peur de s’y perdre combattait le désir de les regarder pour l’éternité... Par sa taille fine et sa généreuse poitrine, bien des célibataires, sans compter les hommes mariés, la convoitait… la désirait. Mais sa personnalité légèrement… brutale… en avait découragé plus d’un. Mais c’est ce jour là qu’elle vit ce qu’elle n’avait jamais vu…
C’est ce jour là qu’elle vit l’amour… le véritable amour…


Un homme marchait dans la forêt au nord de Sarosa. C’était un homme étrange… l’ont sentait en lui une certaine… bestialité. Barbarie presque. De sa grande taille, il s’élevait au dessus des plus grands du village. Ses traits semblait tenir plus de la bête que de l’homme… mais il était effectivement beau… d’une beauté naturelle, sauvage... indompté. Dévisageant la populace de ses étranges yeux bruns, il avançait d’un pas léger et presque félin. Sa présence faisait ressentir à tous un étrange sentiment… Certains ressentaient de la peur… d’autre de la terreur… Mais les femmes, elles, ressentaient une attirance inexplicable. L’homme regardait autour de lui, et vit soudain ce qu’il cherchait.
Une magnifique jeune femme aux cheveux de feu… Et son être même lui distilla ces pensées : « La corruption et les infamies de ce monde sont multiples… même derrière les plus belles beauté de ce monde. »


Elle vit l’homme s’avancer vers elle lentement, la fixant constamment des yeux. Puis, arrivé près d’elle, il dit d’une voix rauque et brutale :

-Bonsoir… Je me présente… je suis Furial.
-Je…hum…je mon nom est… Anelia… Je suis… enchantée de vous rencontrer…

Elle n’arrivait pas à se concentrer… c’était comme si son esprit avait disparut… La seule chose sur laquelle elle pouvait se concentrer était la beauté mâle et animale de cet homme. Elle arrivait à sentir cette odeur enivrante et si sauvage qu’il dégageait… A partir de cet instant le temps sembla se replier sur lui-même… l’amenant à faire des choses qu’elle ne se rappelle pas avoir faite… Et ce qui parut pour elle être un instant fut en fait une nuit entière…


Le matin perlait sur Sarosa… et Anelia se réveillait après cette soirée agitée. Elle sentait encore en elle la présence de cet homme…Furial... Soudain, un craquement d’une latte de plancher se fit entendre. Intriguée, la jeune femme s’écria :

« Furial? C’est toi? C’est toi mon amour…? »

Seul le silence lui répondit… Honteuse, elle sortit de son lit et se dirigea vers sa penderie avant d’entendre un bruit étrange... Un grognement. Elle se retourna a temps pour voir l’horreur : Un immense être la toisant d’un regard familier… Un être composé de cuirs épais, de fourrures denses et de griffes… sans compter une terrible dentition canine.
De son énorme patte droite, la bête la prit à la gorge avant qu’elle puisse crier… Puis une voix terrible retentit, tel un murmure… Une voix pleine de sauvagerie, de bestialité…et surtout d’une totale liberté. Une voix disant :

« Je suis là mon amour… maintenant… et pour toujours… Que la corruption des hommes soit traquée pour avoir combattu la nature…pour avoir combattu le changement… »

Puis, un craquement retentit…



Un matin, quelques hommes forcèrent la porte de mademoiselle Anelia… nul ne pus dire ce qu’ils y trouvèrent : Aucun ne pus passer la terreur et la vision d’horreur qu’ils virent là. Mais tous s’accordent pour dire une chose : Le mal avait fait ce jour là une œuvre de sauvagerie dépassant les cauchemar les plus terribles des hommes.


Nul ne sait ce qu’est devenue l’inconnu… certain disent qu’il n’a peut être jamais existé.
Mais la bête existe…
La bête reviendra… Comme toujours.


Chasse Nocturne


Dans les plus sombres heures de la nuit, dans la forêt environnant Trigorn, un homme marche calmement. Dans le ciel, un astre lumineux les toises. La lune. La pleine lune.
De son pas agile et presque félin, l’homme traverse la forêt pour arriver dans des collines… Puis vient à lui une odeur caractéristique… familière… Du sang frais.
Plus loin, des grognements et des gémissements de douleur retentissent. Sous sa cape, l’homme a un sourire méprisant…
La proie est proche…
La chasse peut commencer.


« Sang… chair… souffrance… »
Ce sont les seules pensées du monstre. Après avoir copuler de force avec sa proie, le monstre commença à la torturer… dévorant membre après membre ce qui était avant une magnifique jeune femme aux cheveux blond. La délectation se lisait dans son être… l’amour de la souffrance qu’elle provoquait. Le goût du sang sur ses lèvres et son désir de luxure assouvit, le monstre ne faisait que jouer avec cette loque humaine… lisant encore la peur dans ses yeux… se rappelant de la surprise et de la terreur de l’humaine lorsqu’elle le vit sous sa vrai forme… Mais la jeune femme pouvait encore ressentir de la souffrance…
La nuit sera longue…


Dans le silence de la nuit, l’homme s’approchait lentement, sans précipitation... Humant l’air pour sentir la forte odeur de sa proie. Puis il vit la proie… une bête énorme et colossale. Une apparence faisant penser à un loup, une dentition canine, une énorme musculature… C’était caractéristique. Un lycanthrope… ou loup-garou…écrasant sous son poids énorme une humaine à la silhouette fine et à la chevelure blonde… Mais il est facile qu’il manque à cette humaine…quelques petites choses… un bras, un jambe…
Une odeur de sueur lui parvient même à cette distance. Un éclat de colère froide passe dans le regard de l’homme…
C’est le moment de la mise à mort…


Le plaisir transmise par la souffrance de la jeune femme commençait à diminuer… le désir de chair fraîche prendrait bientôt le dessus. Le monstre se décida à achever sa proie quand elle entendit un bruit… Un grognement… Soudainement effrayé par la possibilité d’être surprise, le monstre se retournait d’un mouvement rapide… Pour voir un homme en cape noire… Une voix bestiale et plein de sauvagerie s’éleva alors :

-Toi… corrompu… Tu est la lie de notre race… la démonstration de sa décadence…
Tu doit être un exemple pour les autre… montrer que… défier un Grand Loup… c’est mourir…

-Que…quoi? dit le monstre d’une voix apeuré.

Un Grand Loup. La plus grande légende parmis les lycanthrope. Des être surpuissant dépassant tout les autres loups-garous. Des êtres disparu depuis l’aube des âges…
Et celui-ci demandait vengeance…pour quoi? Pour d’anciennes règles oubliées de leur race? Mais l’erreur était faite.



L’homme sentit ses muscles se gonfler et sa chair se déchirer sous cette transformation…
Il sentit sa taille et son volume augmenter à l’extrême. Du cuir pris la place de la chair… et une toison dense couvrit le nouvel être. Des griffes acérées remplacèrent les ongles et une dentition meurtrière se développa. La bête se mit à quatre pattes… puis bondit sur son adversaire.


Le lycanthrope était fort et agile… mais il n’était pas de taille. Ses coups semblaient êtres des caresses pour ce titan… Alors que celui-ci le transformait rapidement en lambeaux… Puis le moment fatidique survint. Epuisé, presque mort, le monstre s’écrasa à terre. La bête s’approcha et émit un rugissement assourdissant… puis éleva son immense pattes dans les airs. Un craquement macabre retentit alors… tel un éclatement.
Vengeance était faite.


Dans les ténèbres, la bête se redresse. Couverte du sang de sa proie, elle regarde les deux corps devants lui. Puis il lève la tête et produit un rugissement terrible…sanguinaire…
Un appel. Un à un, ils arrivent, les enfants de la nuit. Faible comparés à lui, ils sont légions. Les loups. Puis de la gueule du Grand Loup sort un dernier grognement avant de partir. Derrière elle, les enfants de la nuit se déchaînent sur les deux corps encore chauds.
Les traîtres ne méritent pas d’être de la nourriture.
Pas pour les Grand Loups.



(Je m'excuse sincèrement pour les fautes s'étant glisser entres mes textes... Les commentaires sont appréciés.
Pour Nerull=L'histoire de Kardan suivra dans une semaine.)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nerull
Racaille des sous-bois


Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   Dim 23 Juil - 21:23

j'adore me répéter^^

tes textes sont sublimes, et j'attends la deuxième série avec impatience ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Youp'
Grenouille Intoxiqueuse
avatar

Nombre de messages : 975
Age : 28
Localisation : Dans ses propres miasmes.
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   Lun 24 Juil - 19:18

Assez long a lire ,mais trés bon ,prenant ,ca donne envie de lire en tout cas ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youplapadaboum.skyblog.com
Sopot
Bool-de-pwal PsyKopat'
avatar

Nombre de messages : 2349
Localisation : Mort et empaillé quelque part, surement chez des mages.
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   Lun 24 Juil - 20:04

super ^^


Seul p'tit truc que j'ai remarquer :
-a la fin , on (je? :p) comprend pas tres bien quelle bebete tape sur quelle bebete! :p

"le monstre" , "la bete" etc etc....sa ne suffit pas pour les diferencier tout les deux :3
démon07
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nerull
Racaille des sous-bois


Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   Lun 24 Juil - 20:36

c'est pas compliqué :o le gros loup il tue furial ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sopot
Bool-de-pwal PsyKopat'
avatar

Nombre de messages : 2349
Localisation : Mort et empaillé quelque part, surement chez des mages.
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   Lun 24 Juil - 21:03

zut , j'avais compris l'inverse :o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Noctarius Cold
Racaille des sous-bois
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   Sam 29 Juil - 4:26

Tu avais raison Sopot... Furial tue le gros loup. Furial est une sorte de représentation encestrale de la raçe des lycan... en un temps ou tout était plus pur... et plus dur. Il est un Grand Loup. Un être dépassant la logique et le temps. Mais avec des limites. Mon petit..."Toutou" personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nerull
Racaille des sous-bois


Nombre de messages : 213
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   Sam 29 Juil - 9:52

donc effectivement la fin est confuse :s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Chroniques de Furial: Chapitre 1, 2 et 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 1 des Chroniques de Last End
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Chroniques du Monde émergé
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Les Chroniques de krondor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
royal*vengeance :: Forum Rôle-play :: R*V Prophecy ll-
Sauter vers: